Bilan vidéoludique de l'année 2016.

Publié le par Ben

Bonjour à tous! C'est une tradition que j'ai maintenant depuis plusieurs années : lors des dernières heures de l'année en cours je me livre à une petite introspection pour voir les titres qui m'ont marqués durant ces derniers 365 jours et pour décerner quelques titres honorifiques aux jeux qui m'ont tapés dans l'oeil.

2016 a été une année surprenante et riche en jeux vidéo pour moi car les titres auxquels j'ai joué ces derniers mois étaient d'une grande qualité et de plus j'ai eu quelques agréables surprises à propos de jeux que je n'attendaient pas vraiment et qui se sont révélés finalement de véritables perles. Bref, 2016 a été un excellent crus! Mais trêve de blablas passons maintenant à le première catégorie.

Le jeu sympa de l'année.

Enter the Gungeon (PS4 / PC)

Il n'y a pas grand chose à dire sur ce rogue like sympathique et ardue. Tout ce qu'il propose, il le propose bien : le challenge est correct avec de nombreux passages danmakus jouissifs manette en main, l'univers qui lorgne un peu du côté des Dark Souls est convaincant et les petites références humoristiques à la pop culture (Game of Thrones par exemple) font mouche à chaque fois. Le seul défaut vient peut-être des musiques que je trouve trop plates à mon gout. Un bon jeu solide là où il faut, il fait ce qu'on lui demande sans faire de grosses fautes. Une belle réussite.

La surprise de l'année.

Romance of the Three Kingdoms XIII (PS4 / PC)

Alors que cette série fête sa 30ème année d'existence, il me semble que c'est la première fois qu'elle franchit nos frontières européennes pour la joie de tous les fins stratèges. La première chose que l'on remarque en lançant le jeu c'est son incroyable direction artistique et dès l'intro on comprend que cette adaptation ludique du roman "l'Histoire des Trois Royaumes" a un potentiel énorme en terme d'univers. Question gameplay, le jeu peut sembler complexe mais c'est justement ça qui est bon! Le mode histoire permettra de se familiariser avec les concepts de base mais après ce sera au joueur de creuser pour progresser et devenir le meilleur seigneur pour unifier la Chine. C'est un jeu qui peut s'avérer prenant si l'on s'en donne les moyens et si on rentre vraiment dans le délire alors là ce sont des centaines d'heures de jeux qui vous attendent. Bref, une brillante découverte!

La déception de l'année.

Street Fighter V (PS4 / PC)

On connaissait la capacité de Capcom à faire de mauvais jeux avec de grandes licences (Resident Evil 5 et 6, Street Fighter X Tekken...) mais les bougres ont évolués et sont maintenant capables de faire de la merde avec un bon jeu! Sur le papier Street V est un bon jeu de combats à mille lieux du soporifique Street 4 : les barres de vies volent en éclats rapidement, le game system est convainquant et esthétiquement le jeu déroule une direction artistique audacieuse avec des nouveaux persos aux designs pas trop mal et des anciens persos relookés avec plus ou moins de réussites. Le problème du jeu vient de son système économique qui fait payer aux joueurs absolument tout!!!! Oui, il est vrai que le joueur n'est pas obligé de mettre la main au porte monnaie à chaque fois et peut avoir de nouveaux items avec les points qu'il gagne à chaque affrontement ou en finissant des challenges qui peuvent se révéler long et chiants (coucou le mode survie!). Mais rendez vous compte aussi du nombre de trucs que la boutique propose. Tu veux un nouveau persos, paye le! Tu veux un nouveau stage, paye le!! Tu veux un nouveau costume, paye le!!! Tu veux une nouvelle couleur car tu n'a pas envie de te coltiner des défis chiants, PAYE LA!!!! On rajoute à cela du contenu que l'ont peu obtenir uniquement contre monnaies sonnantes et trébuchantes, un lancement et un suivie catastrophique (un online a problèmes, des mises à jours à chaque persos qui pèsent des tonnes, une version PC qui installait un virus dans une mise à jour et un jeu de combat sans mode arcade, non mais Capcom vous êtes stupide ou quoi?!!!). Et après quelques mois d'exploitations Capcom nous annonce fièrement une saison 2 à son titre résolument tourné vers l'e-sport et qui crache au visage du joueur lambda qui lui ne veut qu'un mode arcade. Capcom, écoute moi, quand on voit ce que fait la concurrence en matière de bourre pifs virtuels avec un modèle économique plus stable, je n'hésite pas à brancher mon stick sur ces jeux et à lever fièrement mon majeur de manière obscène dans ta direction. Penses à tes compétitions officielles, tes patchs de 10Go, tes season pass qui ne donne pas tous les stages et tes partenariats avec Red Bull. Moi pendant ce temps je vais penser à m'amuser sur des vrais bons jeux.

Le jeu rétro de l'année.

Gradius (arcade et plein de portages)

Pour tout vous dire j'aurais dû vous proposer un épisode de "Finish it!" sur ce jeu. Cependant, une mauvaise manipulation a fait que j'ai perdu le précieux fichier contenant mon one cc sur le jeu. J'ai souffert sur la version arcade du titre, non pas qu'elle soit dure mais elle est surtout incroyablement traitre et ne laisse pas le droit à l'erreur, une petite imprécision et c'est le reset assuré! C'est dans cette souffrance et cette exigence que j'ai compris que ce titre et la série des Gradius en général est incroyablement excellente. Le premier opus date de 1985 et pourtant stick en main c'est toujours très bon, le jeu a bien vieilli et certains passages sont ultra pêchus et fun à jouer (les niveaux 2 et 3 ont un level design ingénieux). J'ai aussi clear la version Nes qui est très différente sur certains points mais tout aussi intéressante et plus simple. Bref, ce premier opus m'a fait plonger et découvrir cette incroyable série et ses spin off. Mon premier contact avec Gradius a été rude avec la version arcade mais bon sang quelle claque, et ça 31 ans après sa sortie! Rare sont les jeux aussi vieux à être toujours aussi fun à jouer aujourd'hui.

Podium de l'année 2016.

Faites sonner tambours et trompettes! Voici mes trois jeux préférés de l'année!

3) The King of Fighters XIV (PS4).

J'admets avoir commis une énorme erreur sur ce titre et je pense que beaucoup de personnes sont tombées comme moi dans le panneau. Il y a un an tout le monde se moquait de la laideur du jeu, de son chara design massacré sur l'autel de la 3D et qui renvoyait KOF dans ses heures les plus sombres (on peut frémir d'effroi quand on pense au épisodes Maximum Impact sur PS2). Le jeu est sortie, il est plus jolie qu'avant mais loin d'être beau et aussi graphiquement impeccable que Street V. Mais KOF XIV dispose d'autres atouts et à mon sens sur ce coup SNK écrase complétement sont concurrent direct. Déjà le titre est complet et donne aux joueurs les modes de jeux que l'ont attend d'un jeu de combat (vous avez vu Capcom? Incroyable!! IL Y A UN MODE ARCADE!!!) et le jeu en ligne ne semble souffrir d'aucuns défauts majeurs. Niveau gameplay il se permet d'être simple d'accès (ce qui n'est pas toujours le cas lorsqu'il s'agit de KOF) tout en étant suffisamment profond pour que les joueurs qui s'y investissent puissent creuser un peu pour faire de gros combos. Le jeu est aussi bien plus rythmé avec un bon roaster digne d'un KOF et pour le moment il ne semble pas y avoir d'abus économiques de prévus même si je crains quelques persos en DLC, mais de base le jeu est déjà suffisamment bien gras pour qu'on s'y amuse. De plus, le titre a un suivi exemplaire et se permettra même mi janvier de s'offrir un gros lifting graphique : cela ne le rendra pas superbe mais il sera bien moins laid! KOF XIV est un jeu généreux et même si il a des défauts on ne peut que reconnaitre que stick en main tout marche à la perfection et procure du fun, je ne sais pas ce que donnera le titre sur la scène e-sport mais moi sur mon écran je m'éclate et c'est tout ce qui compte (et puis merde aussi il y a Geese Howard l'un des persos les plus charismatiques de tous les temps!!!!).

2) Overwatch (PC / PS4 / XBox One).

Je ne suis pas un énorme fan des FPS multijoueurs mais Overwatch a su me séduire par son univers coloré et ses possibilités tactiques dû à ses différents héros et j'en suis à l'heure où j'écris ces lignes à plus 80 heures de jeu. Avec Blizzard au commande j'étais de plus certain que le jeu aurait un suivi exemplaire et c'est le cas : petits événements pour gagner des items cosmétiques spéciaux, patchs en tout genre d'équilibrage qui améliore le jeu au fil des mois et de nouvelles cartes et persos gratos (vous entendez ça Capcom!!! GRATUIT!!!!!). C'est ce que j'aime aussi dans ce titre, son modèle économique ne force pas du tout à mettre la main au porte feuilles car les joueurs possèdent l'intégralité du cast, tout le reste c'est du cosmétique (donc facultatif). In game, Overwatch est solide et les parties s'enchainent vite et on a envie d'apprendre à jouer plusieurs héros pour éventuellement faire un counterpick salvateur. Le problème des jeux en équipe vient justement des personnes avec qui on joue. Si nos frères d'armes éphémères ont un minimum d'intelligence la partie peut se révéler fun et tactique mais il m'arrive de voir des aberrations qui ruinent totalement le jeu en équipe : des healers qui ne soignent pas ou encore des snipers qui viennent trouver l'ennemi au corps à corps au lieu de rester dans des endroits dégagés à l'abris derrière pour enchainer les tirs. Overwatch est donc un jeu extrêmement solide et plaisant, je n'ai pas une grande culture en ce qui concerne les FPS mais à mon sens celui-ci en est un très bon.

1) Dark Souls 3 (PC / PS4 / XBox One).

C'était le jeu que j'attendais le plus cette année et il est clair que je n'ai pas été déçu une seule seconde même si j'émets quelques réserves sur le titre. Il n'y a rien à redire : tout ce qui a fait le succès des Souls est présent et même parfois sublimés mais on sent que la recette commence à tourner un peu en rond au risque peut-être d'en lasser certains. Si l'on compte Demon's Souls cette série comporte 4 épisodes et certaines choses pourront paraitre irritante comme la lourdeur des persos où encore le système du online où il faut être obligatoirement en humain (ou je ne sais quel terme) pour invoquer de l'aide. Cela se ressent d'autant plus que Bloodborne avait simplifié pas mal de choses et rendait l'expérience de jeu tout aussi agréable : le système de cloche pour les invocations n'était pas prise de tête et l'amélioration des armes était bien plus simple sans être mauvais. Je critique mais j'ai profondément aimé Dark Souls 3, son univers désolant, son histoire qui est à mon sens la véritable suite du premier épisode, son level design sublime, son ost qui déchire tout (rien que l'écran titre envoie du pâté) et ses boss redoutables, d'ailleurs pour la première fois depuis des années dans un jeu vidéo j'ai ressenti de la peur en voyant un boss en me disant : "lui il veut vraiment ma peau et je vais en chier" (pour info ce boss était les Veilleurs des Abysses, attention au spoiler si vous cliquez sur le lien). J'ai une fois de plus embrassé toute la philosophie de cette série et comme toujours l'expérience a été juste jouissive et gratifiante et j'encourage quiconque à faire cette grande saga qu'est Dark Souls. Selon le producteur du jeu ce troisième opus serait le dernier et si c'est la cas alors il s'agit ici d'une magnifique conclusion. Merci From Software d'avoir eu l'audace de sortir ces titres si différents des autres productions et qui resteront indubitablement dans l'histoire du jeu vidéo.

Citons brièvement maintenant les titres qui ont marqués mon année sans remporter de prix. Fire Emblem Héritage/Conquête est bon mais il a été violemment éjecté du podium à cause de son système d'affinité sociale avec les différents persos du jeu. J'en ai assez de ces features inutiles qui sont juste bonnes pour les otakus à la recherche de waifus, c'est lourd! Sinon sur le champ de bataille tout est ok c'est du FE pur jus. Arc System Works continu son excellent travail dans le domaine de la baston complexe et débridé avec les nouvelles itérations de Guilty Gear et BlazBlue. Guilty a vu son cast grandir un peu ce qui lui a fait beaucoup de bien et BlazBlue fait de même et approfondi les features de Chrono Phantasma (qui était tellement bon qu'il m'avait réconcilié avec la série). Dishonored 2 a toujours un univers incroyable mais ses lacunes techniques gâchent tout et c'est dommage car on sent qu'il y a du travail derrière (cela reste tout de même de la bonne came). Sherlock Holmes and the devil's daughter fait le boulot, rien de transcendant mais ça se laisse jouer. Pour finir, niveau shmup Blue Revolver a tout pour être un titre très honorable mais pour être franc je n'y ai pas beaucoup joué mais les fugaces impressions que j'en avais eu étaient excellentes avec un feeling très proche d'une production de chez Cave, autant dire que c'est du bon boulot.

Finissons cet article sur les titres que j'attends pour 2017 avec les 4 mastodontes que sont Gravity Rush 2, Nier Automata, Ni-Ho et Persona 5. Sauf grosses erreurs avec ces quatre titres ça va envoyer du lourd!!! Il y a aussi Marvel vs Capcom Infinite mais même si j'aime les cross over avec Marvel je me méfie de Capcom qui serait encore capable de pondre une ineptie dont seul lui a le secret, d'ailleurs le lendemain du premier trailer on annonçait fièrement que des X-Men serait en DLC. On connait quasi rien du jeu mais ça communique déjà sur le contenu supplémentaire probablement payant... Enfin, je suis très curieux à propos de la Nintendo Switch. Pour le moment je ne voit pas très bien où Nintendo veut aller avec sa console et on ne connait que très peu de jeux du line up mais il y aura peut-être une bonne surprise.

Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter un bon réveillon, en espérant que je sois un peu plus actif sur le blog en 2017 avec quelques vidéos. :)

A très bientôt. ;)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article