Répliques cinglantes et tueries sanglantes.

Publié le par Ben

Il y a quelques mois de cela, j'ai écrit pour un confrére bloggeur le test de No More Heroe 2 : Desperate Struggle.

Même si ce jeu n'a pas trop sa place dans ce blog je me permet de republier ce test.

Et j'en profite pour faire une petite pub pour son blog :  http://xawow.over-blog.com/

 

NoMoreHeroes2_Wii_JaquettePAL001-1-.jpgIl y a deux ans, sortait sur Wii l’ovni vidéo ludique qu’est No More Heroes, l’histoire de Travis Touchdown, otaku un peu paumé visant à devenir l’assassin numéro un de Santa Destroy. C’est armé de son beam katana remporté aux enchères sur internet que Travis va entrer dans la compétition des assassins pour satisfaire Sylvia Christel, la sexy et lunatique agent de l’UAA (United Assassins Association) qui organisera les combats avec les différents protagonistes et qui va le mener par le bout de la braguette.

 

Dans ce second opus qui se passe trois ans après le premier jeu, Travis n’est plus guidé par l’ambition de devenir le plus fort, il s’est même retiré du marché des assassins. Il est cette fois ci obnubilé par la vengeance, souhaitant exterminer les assassins de Bishop, son meilleur ami et gérant d’un vidéoclub où notre otaku louait ces vidéos de catch et ses films olé olé. Enorme coïncidence, l’homme qui a tué son ami est en fait l’assassin numéro un actuel de Santa Destroy. Pour assouvir cette vengeance, Travis devra donc tuer tous les assassins au dessus de lui dans le classement, scénario prétexte pour des affrontements dantesques. Dans cette quête Travis sera toujours secondé par Sylvia au meilleur de sa forme.

 

No More Heroes premier du nom posait un univers très particulier avec des personnages haut en couleurs et en caractères. La suite en remet une bonne couche pour nous livrer une épopée violente et originale, essayant de gommer les défauts du premier épisode.

 

On peut enfin dire adieu aux balades en moto rigides dans une Santa Destroy vide et peu convaincante. Ici tout est remplacé par un menu et on accède donc aux différents endroits en quelques touches.

 

no-more-heroes-2-desperate-struggle--20091216060423318_640w.jpgAdieu aussi les petits boulots qu’il fallait faire et refaire pour payer les coûts de l’affrontement suivant contre le barjot local. Ici, Tous les combats peuvent se faire sans une seule fois travailler et les petits jobs sont optionnels mais il serait dommage de s’en priver étant donné que ceci transpire le rétro et la nostalgie des bons vieux jeux 8 bits. Au nombre de six, ce sont de petits défis principalement basé sur la dextérité et l’argent gagné avec ceux-ci pourra vous servir pour vous acheter des vêtements, des nouveaux sabres ou aller au gymnase pour augmenter votre force physique et votre endurance (ces exercices physiques prendront aussi la forme de jeux rétros). Le rythme du jeu est donc maintenant beaucoup plus soutenu et davantage tourné vers le principal intérêt du jeu : les combats contre les boss peut-être un peu moins originaux que dans NMH 1 mais toujours aussi funs.

A noter aussi la présence de deux minis jeux annexes. Dans le premier vous devrez faire maigrir Jeane (la chatte de Travis) et le second est un jeu d’arcade, un Shoot them up inspiré d’un manga fictif que notre otaku adore.  

Deux persos qui étaient présent dans le précédent opus sont cette fois-ci jouables le temps d’un bref instant. Shinobu, la samuraï qui donnera au jeu un côté plate-forme (mal fait) et Henry l’irlandais qui ne fera qu’un passage éclair.

 

Au  niveau du gameplay rien n’a changé l’assassin est toujours un peu rigide mais maniable. Les coups de katana se font à l’aide de la touche A (et qui différent avec l’inclinaison de la manette), les coups et prise de catch avec B, avec toujours le finish move à lancer à coups de wiimote. Petite nouveauté : Travis peut dorénavant transporter la totalité de ses sabres avec lui et vous êtes libre de changer quand bon vous semble.

 

no-more-heroes-20071206060049153-1-.jpgUne refonte graphique a été opérée et visuellement ce qui choque avec cette suite c’est la violence des images car l’Europe avait eu le droit a une version édulcorée du premier NMH et là nous avons (enfin) une version non censurée où les têtes volent et les gerbes de sang foisonnent (il est cette fois ci interdit au moins de 18 ans). Cette « nouveauté » donne un nouveau cachet au jeu et renforce l’univers qu’a su créer Suda 51. Univers violent où chaque personnage est unique, charismatique et où les répliques ingénieuses fusent. La musique est réussie sans être exceptionnelle, elle accompagne agréablement le joueur dans ses pérégrinations.

 

Le gros problème du jeu est la caméra peu pratique, défaut déjà présent dans le premier épisode et qui n’a pas été revu et corrigé. Il manque aussi des petites choses qui faisaient le charme de NMH 1 comme les coups de fil de Sylvia qu’il fallait écouter au travers de la wiimote, ce sont ces petits détails qui manquent un peu à cette suite plus efficace mais peut-être un peu moins folle.

 

En conclusion, il est clair que No More Heroes 2 est une brillante réussite, plus violent et peut-être moins surprenant que le premier épisode, l’aventure de Travis Touchdown se termine sur un excellent jeu fidèle aux délires de Suda 51 (il a récemment dit dans une interview qu’il n’y aurait pas de No More Heroes 3). Les fans de cette licence et les aficionados des jeux du genre aduleront sûrement cet épisode. Quand a ceux qui ne connaissent pas, ils devraient prendre tout autant de plaisir du moment que l’on n’est pas réfractaire ou rebuté par cet univers exagérément violent. 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article